01/23/2023
État

République centrafricaine

Image
Republicafraiquecentral
Statut de l’embargo
En cours
Organisation(s)
ONU & UE
Restriction(s)
arme
Exceptions
Oui, notification préalable
Oui, accord préalable
Introduction

La République centrafricaine est actuellement placée sous embargo par l’Organisation des Nations unies et par l'Union européenne.

La République centrafricaine (RCA) est sous embargo des Nations unies depuis décembre 2013 (Résolution 2127 (2013)). Ces mesures ont été prolongées en 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018

Interdictions  

Le régime de sanctions actuel, tel que détaillé par la Résolution 2339 (2017), et 2399 (2018) décide que "tous les États membres devront continuer de prendre les mesures nécessaires pour empêcher la fourniture, la vente ou le transfert directs ou indirects à la République centrafricaine, d’armements et de matériel connexe de tous types, y compris les armes et les munitions, les véhicules et les matériels militaires, les équipements paramilitaires et les pièces détachées correspondantes, ainsi que toute assistance technique ou formation et toute aide financière ou autre en rapport avec les activités militaires ou la fourniture, l’entretien ou l’utilisation de tous armements et tout matériel connexe, y compris la mise à disposition de mercenaires armés venant ou non de leur territoire" (Résolution 2339, para. 1).  

Exceptions  

Ce régime de sanctions est assorti de certaines exceptions (Résolution 2339, para. 1 a-h)  :  

Ne nécessitant aucun accord ou notification préalables du / au Comité du Conseil de sécurité créé par la Résolution 2127 (2013) concernant la République centrafricaine (« le Comité des Sanctions »)  

•  Les “fournitures destinées exclusivement à l’appui de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA), de la Force régionale d’intervention (FRI) de l’Union africaine, des missions de l’Union européenne et des forces françaises déployées en République centrafricaine ou à leur utilisation par celles-ci” (para. 1 a.) ;  

•  Les “vêtements de protection, dont les gilets pare-balles et les casques militaires, temporairement exportés en République centrafricaine, pour l’usage personnel uniquement, du personnel des Nations Unies, des représentants des médias et des agents humanitaires et du développement ou des personnels connexes” (para 1 e.).  

Nécessitant une notification préalable au Comité des Sanctions sur la RCA  

•  Les “ (…) fournitures destinées exclusivement à l ’appui de la MINUSCA et aux missions de formation de l’Union européenne déployées en République centrafricaine, aux forces françaises, dans les conditions prévues au paragraphe 65 de la résolution 2387 (2017), ainsi qu’aux forces d’autres États Membres qui assurent une formation ou prêtent assistance (…), ou à leur utilisation par celles -ci (Résolution 2399 (2018), para. 1 a) ;  

• Les « livraisons d’armes de calibre égal ou inférieur à 14,5 mm et de munitions et composants spécialement conçus pour ces armes, de véhicules militaires terrestres non armés et de véhicules militaires terrestres montés d’armes de calibre égal ou inférieur à 14,5 mm et leurs pièces détachées, et de lance-roquette de type RPG et de munitions spécialement conçues pour ces armes, et à la fourniture d’une assistance connexe, destinés aux forces de sécurité centrafricaines, dont les services publics civils chargés du maintien de l’ordre (…) » (Résolution 2536 (2020), para. 1 g) ;  

•  Les “livraisons de matériel non létal et (…) la fourniture d’une assistance, y compris les activités de formation non opérationnelles et opérationnelles, dispensée aux forces de sécurité de la République centrafricaine, exclusivement destinés à soutenir le processus de réforme de la sécurité en République centrafricaine ou à être utilisés dans le cadre de celui-ci, en coordination avec la MINUSCA” (para 1 b.) ;  

•  Les “livraisons d’armes légères et d’autres matériels connexes destinés exclusivement à être utilisés dans le cadre des patrouilles internationales qui assurent la sécurité dans l’aire protégée du Trinational de la Sangha afin de lutter contre le braconnage, la contrebande d’ivoire et d’armes, et d’autres activités contraires au droit interne de la République centrafricaine ou aux obligations que lui impose le droit international” (para 1 f.) ;  

Nécessitant un accord préalable du Comité des Sanctions sur la RCA :   

•  Les “fournitures apportées par les forces soudanaises et tchadiennes pour leur usage exclusif lors des patrouilles internationales de la force tripartite RCA – Soudan – Tchad, en coopération avec la MINUSCA” (para 1 c.) ;  

•  Les “livraisons de matériel militaire non létal destiné exclusivement à un usage humanitaire ou de protection et à l’assistance technique ou la formation connexes” (para 1 d.) ;  

•  Les “livraisons d’armes et autres matériels létaux destinés aux forces de sécurité centrafricaines, y compris les forces de maintien de l'ordre, dans le seul but d’appuyer la réforme du secteur de la sécurité ou d’être utilisés dans ce cadre” (para 1 g.) ;  

•  Les “autres ventes ou livraisons d’armes et de matériels connexes, ou (…) la fourniture d’une assistance ou de personnel", (para 1 h.). Cette dernière exception s’applique au reste des activités qui ne sont pas couvertes par les précédentes exceptions, comme par exemple l’exportation d’armes à destination de compagnies de sécurité privée ou de composants à des entreprises de production d’armements opérant en RCA.  

Autres  

Les États membres sont autorisés à saisir, enregistrer et neutraliser tous les articles qu’ils découvriraient et dont la fourniture, la vente, ou l’exportation seraient interdites par le présent régime de sanctions et se doivent de coopérer dans ce domaine (Résolution 2339, para. 2).  

Le régime de sanctions a été reconduit jusqu’au 31 juillet 2023 à travers la Résolution 2648 (2022).  

La République centrafricaine est également placée sous embargo par l’Union européenne. 

La République centrafricaine (RCA) est sous embargo de l’Union européenne depuis décembre 2013 (Décision 2013/798/PESC). Le régime de sanctions européen transpose les mesures adoptées par le Conseil de sécurité des Nations unies et ont jusqu’ici été prolongées. 

Interdictions 

Le régime de sanctions actuel, tel que détaillé par la Décision 2013/798/PESC et complétée par le Règlement 224/2014, dans leurs versions actualisées, interdit la fourniture à la République centrafricaine, d’armements et de matériels connexes de quelque type que ce soit, y compris les armes et munitions, les véhicules et les équipements militaires, des équipements paramilitaires et des pièces détachées pour les articles précités (Décision 2013/798/PESC, art. 1, para. 1). 

De même, la fourniture de services financiers, de courtage, d’assistance technique en lien avec des activités militaires, y compris la mise à disposition de mercenaires, ou avec les articles précités est prohibée (Règlement 224/2014, art. 2 et Décision 2013/798/PESC, art. 1, para. 2). 

Exceptions 

L’embargo européen prévoit plusieurs exceptions : 

Ne nécessitant pas d’accord du ou de notification préalables du Comité des Sanctions des Nations unies sur la RCA : 

  • La fourniture, le transfert ou l’exportation « d’armements et de matériel connexe, et des services techniques et financiers y afférant, exclusivement destinés à l’appui de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies en République centrafricaine (MINUSCA), de la Force régionale d'intervention (FRI) de l'Union africaine et des missions de l'Union et des forces françaises déployées en République centrafricaine » (Règlement 224/2014, art. 3 point a et  Décision 2013/798/PESC, art. 2, para. 1, point a) ; 
      

  • La fourniture, le transfert ou l’exportation « de vêtements de protection, y compris les gilets pare-balles et casques militaires, temporairement exportés en RCA pour l’usage personnel uniquement du personnel des Nations unies, de l’Union européenne ou de ses États membres, les représentants des médias, le personnel humanitaire ou d’aide au développement et le personnel connexe » (Règlement 224/2014, art. 3 point b et Décision 2013/798/PESC, art. 2, para. 1, point b) ; 
      

  • La fourniture, le transfert ou l’exportation « d’armes légères et de matériel connexe, exclusivement destinés à être utilisés dans le cadre de patrouilles internationales qui assurent  la sécurité dans l’aire protégée du Trinational de la Sangha afin de lutter contre le braconnage, la contrebande d’ivoire et d’armes et d’autres activités illicites » (Décision 2013/798/PESC, art. 2, para. 1, point c). 

Nécessitant une notification préalable au Comité des Sanctions des Nations unies sur la RCA : 

  • La fourniture, la vente, le transfert ou l’exportation « d'armements et de matériel connexe, ainsi qu'à la fourniture d'une assistance technique ou d'un financement et d'une aide financière y afférents, destinés exclusivement à l'appui de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en RCA (Minusca), des missions de l'Union et des forces françaises déployées en RCA, ainsi qu'aux forces d'autres États membres des Nations unies qui assurent une formation ou prêtent assistance » (Décision 2013/798/PESC, art. 2, para 1., point a et Règlement 224/2014, art. 3, point a). 

  • La fourniture, la vente, le transfert ou l’exportation « d’armes légères et de matériel connexe, exclusivement destinés à être utilisés dans le cadre de patrouilles internationales qui assurent  la sécurité dans l’aire protégée du Trinational de la Sangha afin de lutter contre le braconnage, la contrebande d’ivoire et d’armes et d’autres activités illicites » (Décision 2013/798/PESC, art. 2, para. 1, point c). 

  • Le « matériel non létal et d’assistance, y compris les activités de formation opérationnelles et non opérationnelles dispensée aux forces de sécurité de la République centrafricaine, exclusivement destinés à soutenir le processus de réforme de la sécurité en République centrafricaine, ou à être utilisés dans le cadre de celui-ci, en coordination avec la MINUSCA » (Décision 2013/798/PESC, art. 2, para. 1, point d), Règlement 224/2014, art. 3 point c)). 

Nécessitant un accord préalable du Comité des Sanctions des Nations unies sur la RCA  

  • Les fournitures, le transfert ou l’exportation  « de matériel militaire non létal, ainsi que les services techniques ou financiers y afférant, lorsque celui-ci est destiné exclusivement à des fins de protection ou à un usage humanitaire » (Règlement 224/2014, art. 4, point a et Décision 2013/798/PESC, art. 2, para. 2, point a) ; 
      

  • Les fournitures, le transfert ou l’exportation « d’armes et autres matériels létaux connexes, destinés aux forces de sécurité centrafricaines dans le seul but d’appuyer le processus de réforme de secteur de la sécurité en RCA » (Décision 2013/798/PESC, art. 2, para. 2, point b) ; 
      

  • Les fournitures, le transfert ou l’exportation « d’armes et matériels connexes, ainsi que la fourniture de services d’assistance technique ou financière et la mise à disposition de personnel » (Règlement 224/2014, art. 4, point b) et Décision 2013/798/PESC, art. 2, para. 2, point c) ; 

Autres 

Le régime de sanctions européen n’est assorti d’aucune durée. 

La République centrafricaine est actuellement aussi sous embargo de la part de l’ Organisation des Nations unies. 

Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons :
Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International